FAQ: foire aux questions

Table des matières

Handicap visuel

Comment définit-on le handicap visuel?

Le handicap visuel revêt de nombreuses formes. Une personne est handicapée de la vue dès lors qu’elle a une acuité visuelle inférieure à 0,3 ou un champ visuel de moins de 10 degrés. La lecture d’un journal requiert une acuité visuelle de 0,4 à 0,5, et la conduite d’une voiture, une acuité visuelle de 0,6. Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne est aveugle si elle a une acuité visuelle inférieure à 0,05.

 

Combien de personnes aveugles et malvoyantes y a-t-il en Suisse?

Selon une étude de l’Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA) réalisée en 2012, il y aurait quelque 325 000 personnes en situation de handicap visuel en Suisse, dont environ 10 000 personnes aveugles.

Relevons à cet égard la différence dans la répartition entre les classes d’âge: alors que moins de 0,5% des enfants (0 – 20 ans) sont aveugles ou malvoyants, ce pourcentage est de 5% à l’âge adulte et passe à au moins 20% à un âge avancé (plus de 80 ans).

Liens

Étude de l’Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA)

 

Quelles sont les principales causes d’un handicap visuel?

Le plus souvent, le vieillissement est source de handicap visuel. Dans les pays industrialisés, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la maladie la plus fréquente: l’acuité visuelle au centre du champ de vision diminue, ce qui complique ou empêche la lecture. La DMLA n’est toutefois pas synonyme de cécité complète.

Le handicap visuel peut aussi résulter d’un accident ou d’une maladie telle que le diabète, la cataracte, le glaucome, une affection rétinienne ou des atteintes prénatales.

 

Intervenants en matière de cécité et de malvoyance

Pour quelles raisons y a-t-il autant d’organisations différentes actives dans ce domaine?

Les différentes organisations fournissent des prestations spécifiques, dont les offres sont coordonnées. Il y a par exemple des services de consultation, foyers, écoles, établissements de réinsertion, ateliers, centres de rencontre, groupes de loisirs et sportifs, groupes d’entraide, centres de vacances, bibliothèques spécialisées (livres audio, livres en grands caractères et braille), points de vente de moyens auxiliaires, écoles de chiens-guides et bien davantage. Il y a des établissements pour les enfants, les jeunes et les adultes, pour les personnes malentendantes-malvoyantes ou polyhandicapées ainsi que des prestations stationnaires et ambulatoires.

Ces institutions sont toutes soutenues par des associations privées ou des fondations. Leur financement est assuré par les contributions des assurances sociales et des pouvoirs publics, par des dons et des legs ainsi que par les contributions des bénéficiaires des prestations.

 

Quelle est la différence entre la Fédération, l’Union suisse et l’Union centrale pour le bien des aveugles?

La FSA et l’Union suisse des aveugles (USA) sont des organisations d’entraide, ce qui signifie qu’elles regroupent des personnes concernées. Leur objectif principal est la défense des intérêts ainsi que le partage d’expérience entre personnes aveugles et malvoyantes. Elles proposent de nombreux services professionnels avec une offre de prestations diversifiée.

L’Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA) est l’organisation faîtière. Elle gère une bibliothèque spécialisée, forme le personnel spécialisé et procède à l’achat centralisé des moyens auxiliaires spécifiques. Elle répond également de la prise en charge des personnes sourdes-aveugles.

 

Vivre avec un handicap visuel

Les personnes aveugles ont-elles les autres sens plus développés?

Les personnes aveugles et fortement malvoyantes ont besoin des autres sens pour s’orienter et obtenir le plus possible d’informations. Elles apprennent à utiliser leurs autres sens de manière ciblée, ce qui peut les conduire à avoir une perception très différente des choses. Leurs sens ne sont pas mieux développés, mais mieux entraînés.

 

Qu’est-ce qui affecte le plus: la cécité ou la surdité?

Il est délicat de comparer ces deux handicaps sensoriels. Dans les deux cas, les capacités de surmonter le handicap dépendent fortement de la personne concernée et de son environnement. En général, on estime que le handicap visuel affecte plus fortement les aspects fonctionnels (orientation, mobilité, accès aux informations) alors que la surdité affecte plus fortement les aspects sociaux (communication).

 

Les personnes aveugles regardent-elles aussi la télévision?

Bien sûr que oui! Nombre de personnes aveugles et fortement malvoyantes apprécient la télévision pour s’informer et se divertir. Les émissions d’information et les documentaires offrent de nombreuses explications orales contribuant à une bonne compréhension. La situation est un peu plus compliquée pour les films, même si le contexte permet souvent de comprendre ce qui se passe sans voir d’images. Les spectatrices et spectateurs aveugles et malvoyants bénéficient d’une prestation spéciale, à savoir l’audiodescription, qui consiste à diffuser sur un deuxième canal stéréo une description spécifique des images et de l’action.

 

Comment les personnes aveugles de naissance se représentent-elles les couleurs?

La représentation des couleurs qu’ont les personnes aveugles de naissance n’est évidemment pas visuelle. Nombre de personnes aveugles associent des couleurs à certaines représentations d’objets ou à des qualités sensorielles. Les personnes aveugles de naissance savent que le ciel est bleu, l’herbe, verte et la neige, blanche. Certains associent le rouge à la chaleur, le brun, au parfum de la terre humide ou le blanc, à la sensation tactile de «douceur duveteuse».

 

Comment les personnes aveugles de naissance rêvent-elles?

En principe, les personnes aveugles rêvent comme les voyants. Les rêves permettent d’assimiler des scènes vécues avec des éléments en partie réalistes, en partie fantasmagoriques ainsi que les émotions ressenties. Dans les rêves, les qualités perceptives ne diffèrent pas fondamentalement de celles de la vie réelle. Il en va autrement pour les personnes qui perdent la vue au cours de leur existence: elles peuvent encore visualiser des images dans leurs rêves.

 

Peut-on utiliser le mot «voir» devant une personne aveugle?

Dans le langage quotidien, «voir» a de nombreux autres sens que le simple fait de «percevoir avec les yeux». Mais «voir» peut aussi signifier «reconnaître, comprendre ou rencontrer». Les personnes aveugles disent donc elles aussi: «Je suis allé voir Marc hier» ou «J’ai vu» ou «Au revoir!». Il n’est donc pas nécessaire de s’efforcer de trouver une alternative au mot «voir».

Il en va autrement de l’indication «là» ou «là-bas». En règle générale, cela ne dit en effet rien à une personne aveugle..

 

Comment une personne aveugle peut-elle se servir d’un ordinateur?

Le contenu de l’écran est soit retranscrit sur une ligne braille, soit restitué par synthèse vocale. La saisie est effectuée par un clavier normal. Un programme de lecture de l’écran permet à la personne aveugle de s’orienter sur l’écran et de piloter les divers programmes.

Pour garantir un accès sans barrière aux sites internet, certaines règles doivent être respectées lors de la conception du site.

Les personnes ayant une acuité visuelle limitée utilisent un programme d’agrandissement du contenu de l’écran.

 

Le braille

L’écriture braille a été mise au point par Louis Braille (1809- 1852), qui a perdu la vue à l’âge de trois ans suite à une blessure dans l’atelier de son père. Il a conçu le système braille en 1825 à l’Institution royale des jeunes aveugles de Paris. Le braille est l’écriture la plus répandue et la plus efficace pour les personnes aveugles dans le monde entier. Elle permet aux personnes aveugles et malvoyantes de communiquer de manière autonome. Il s’agit d’un élément essentiel pour leur intégration sociale et professionnelle ainsi que pour leur indépendance.

 

Comment les lettres et signes sont-ils représentés en braille?

Le braille est fondé sur six points. Alignés en deux rangées verticales parallèles, ils forment ensemble la structure de base (comme un six sur un dé à jouer). Les lettres et signes sont formés par les différentes combinaisons possibles à base d’un ou de plusieurs points. Il est donc possible de représenter ainsi 64 lettres ou signes.

Outre l’écriture de base, il existe l’écriture intégrale, qui comprend certains signes spéciaux en braille pour gagner de la place et permettre une lecture plus rapide de signes accentués fréquents ou groupes de lettres comme «sch» ou «st», ainsi que le braille abrégé, qui permet d’utiliser des abréviations pour des syllabes ou des mots.

 

Comment écrit-on le braille?

L’instrument utilisé à l’origine pour écrire le braille est la tablette avec guides normalisés. Le papier est inséré entre deux plaques, celle du dessus comprenant des évidements grillagés pour les différentes lettres et celle du dessous, des renforts pour l’écriture des différents points de braille. Un poinçon métallique permet d’imprimer point par point et lettre par lettre dans les cellules rectangulaires. Il s’agit cependant d’un processus chronophage et pénible.

L’écriture au moyen d’une machine braille (ou machine à écrire Perkins) facilite considérablement la tâche. Elle ne dispose que de six touches pour les différents points ainsi que d’une barre d’espace pour distinguer les mots. Pour écrire, il suffit d’appuyer en même temps sur toutes les touches nécessaires pour représenter une lettre. Le braille étant une sorte de gaufrage, il faut utiliser un papier spécial. Le sténographe est un cas particulier: il permet de rédiger des notes également en déplacement.

L’imprimante braille (ou embosseuse) permet quant à elle d’imprimer très rapidement un texte en braille. Au lieu d’imprimer des lettres et signes «normaux», cette imprimante imprime des signes braille sur le papier.

 

Comment lit-on le braille?

Les personnes aveugles lisent avec leurs doigts. Les six points sont suffisamment grands pour que le bout du doigt puisse les distinguer. Le braille est lu avec les deux mains. La main droite lit la ligne jusqu’à la fin, et la main gauche attend au début de la ligne suivante que la main droite la rejoigne.

 

Où les personnes aveugles et malvoyantes peuvent-elles apprendre le braille?

Renseignez-vous auprès du service de consultation FSA de votre région ou demandez à notre secrétariat général la liste des enseignants en braille.

 

Où les personnes voyantes peuvent-elles apprendre le braille?

Les personnes voyantes peuvent lire le braille avec leurs yeux. Elles n’ont pas besoin d’entraîner leur toucher, ce qui peut s’avérer fastidieux. Les autodidactes peuvent se référer à la méthode suivante: Theiss-Klee, Heidi, Punktschrift für Anfänger, Deutsche Blindenstudienanstalt e.V. 1998, Marburg/Lahn, ISBN: 3-89642-003-8

 

Qu’est-ce que la signalétique en braille et où la trouve-t-on?

Les inscriptions en braille sont fréquentes sur les emballages de médicaments et denrées alimentaires. Les objets du quotidien, tels que les appareils de cuisine, emballages d’aliments, bocaux ou classeurs qui sont dépourvus d’inscriptions en braille peuvent être signalés par l’utilisateur au moyen d’une bande Dymo spéciale.

Dans les gares suisses, la main courante de la rampe qui donne accès aux quais comporte une petite plaque de métal avec des indications en braille et en écriture normale tridimensionnelle afin que les personnes aveugles et malvoyantes puissent savoir sur quel quai elles se trouvent. Ces plaquettes sont aussi apposées sur la main courante donnant accès aux wagons. Elles indiquent s’il s’agit d’un wagon de première ou de deuxième classe.

Il est aussi de plus en plus fréquent de trouver des indications en braille sur le panneau de commande des ascenseurs.

 

Y a-t-il aussi des jeux avec des indications en braille?

Oui. Bien qu’elles soient encore rares, les inscriptions en braille existent aussi pour les jeux de société, par exemple des cartes de jass, des dominos ou des figurines. Les figurines peuvent souvent être identifiées en raison de leur forme différente. Certains jeux de société, comme «Hâte-toi lentement», sont magnétiques et munis de lignes tactiles. La boutique en ligne de l’Union centrale suisse pour le bien des aveugles (UCBA) propose de tels jeux à la vente.

 

Chien-guide

Pour quelles raisons les chiens-guides sont-ils si utiles?

Un chien-guide permet à une personne aveugle ou malvoyante d’être guidée pour gagner en mobilité. Il s’agit aussi d’un fidèle compagnon, voire d’un véritable ami à ses côtés.

 

Comment un chien-guide sait-il si le feu est rouge ou vert?

Il ne le sait pas et n’a pas besoin de le savoir, car c’est la personne aveugle ou malvoyante qui lui donne l’ordre de traverser la route. Il faut pour cela que le feu de signalisation soit muni du dispositif acoustique ou tactile correspondant, qui indique à la personne concernée quand le feu passe au vert.

 

Comment la personne aveugle et le chien-guide communiquent-ils?

Au terme de sa formation, le chien-guide connaît une trentaine d’ordres. Pour éviter la confusion et en raison de la clarté des mots, les ordres sont formulés en italien. Le chien-guide signale quant à lui à son maître des lieux ou objets, par exemple des portes, escaliers, passages piétons ou guichets. Il reconnaît certains obstacles et signale quand il ne peut pas les contourner.

 

Comment me comporter avec un chien-guide?

Le chien-guide ne doit pas être dérangé dans son travail (donc quand il porte le gilet correspondant). Évitez donc tout ce qui pourrait le déconcentrer. Avant d’établir un contact avec le chien, demandez à la personne aveugle si vous pouvez le faire.

 

Quelles sont les écoles de formation des chiens-guides?

En Suisse, quatre écoles se chargent d’élever de former de bons chiens-guides:

 

La canne blanche

À quoi sert la canne blanche?

Après avoir perdu la vue ou en cas de malvoyance grave récemment apparue, la personne concernée doit apprendre à s’orienter et à se déplacer seule. La canne blanche lui permet d’identifier des obstacles et de les contourner à temps ou à suivre son chemin le long d’objets, par exemple le mur d’une maison.

 

Quelles fonctions a la canne blanche?

Outre la fonction du toucher et d’orientation, la canne blanche a une fonction protectrice et d’identification: la personne aveugle ou malvoyante est ainsi clairement reconnaissable. Dans le trafic routier, les personnes qui lèvent leur canne blanche au bord de la route ont la priorité même s’il n’y a pas de passage piéton.

 

Comment utilise-t-on une canne blanche?

L’entraînement en orientation et mobilité donné au titre de réadaptation permet aux personnes concernées d’apprendre à manier la canne blanche. Lorsqu’elles se déplacent, elles font un léger mouvement de va-et-vient avec la main. Sur une largeur d’un mètre environ, elles «balaient» le sol devant elles et peuvent ainsi percevoir chaque obstacle. Si elles rencontrent des lignes de guidage tactiles, elles peuvent se déplacer avec encore plus de facilité. Il leur suffit alors de balayer l’espace intermédiaire pour percevoir le léger renflement que constituent les lignes de guidage.

 

Lignes de guidage blanches au sol

À quoi servent les lignes de guidage blanches au sol?

Les lignes de guidage au sol permettent aux personnes en situation de handicap visuel de s’orienter. Les personnes aveugles peuvent se repérer en «balayant» de leur canne blanche les lignes qui dépassent légèrement du sol, et les personnes malvoyantes se servent des lignes blanches pour s’orienter. Voilà pourquoi il est important de ne pas déplacer ces lignes et de ne pas les entraver.  

 

Un format doit-il être respecté pour ces lignes de guidage blanches?

Les lignes de guidage délimitent un couloir central de 30 centimètres de large formés de chaque côté par trois lignes de quatre millimètres de haut et de 27 millimètres de large. Les lignes sont espacées de 27 millimètres et la largeur de tout le dispositif tactile, couloir central inclus, est de 60 centimètres environ.

 

Quelle est la différence entre lignes de guidage et bandes de sécurité?

Dans les gares, il y a des lignes de guidage et des bandes de sécurité. Contrairement aux lignes de guidage, les bandes de sécurité ne délimitent pas un couloir central et comprennent des plaques rainurées ou des picots. De plus, il y a des plaques blanches en partie tactiles qui signalent le début et la fin des rampes et escaliers.

 

Quels autres marquages y a-t-il?

Il existe des marquages d’accès aux arrêts de bus et de tram. Ils couvrent un mètre carré et doivent se différencier clairement du revêtement et pouvoir donc être perçus tactilement: ils peuvent être constitués de pavés, de pierres agglomérées ou de plastique à froid. Les passagers aveugles ou malvoyants attendent sur cet espace et peuvent ainsi monter en toute tranquillité par la porte à côté du conducteur. La sécurité de la personne handicapée est ainsi garantie et le conducteur peut facilement intervenir en cas de problème.

 

En Europe, y a-t-il un système uniforme de guidage pour les personnes aveugles et malvoyantes?

Des systèmes de guidage différents sont apposés en Europe. Le système suisse a l’avantage de pouvoir être installé facilement à n’importe quel moment sur l’asphalte, les pierres agglomérées et le béton. Les lignes résistent aux intempéries, ont une durée de vie importante, peuvent être nettoyées par des machines et ne constituent pas un obstacle pour les véhicules de transport ou de service.

 

Moyens auxiliaires informatiques

Qu’est-ce qu’un logiciel d’agrandissement?

De tels logiciels permettent aux personnes en situation de handicap visuel de travailler plus facilement à l’ordinateur en agrandissant ce qui est affiché à l’écran (facteur d’agrandissement à choix) et en permettant d’ajuster les couleurs. Bon nombre de systèmes d’exploitation disposent par défaut de tels dispositifs.

 

Qu’est-ce qu’un logiciel de lecture d’écran?

Un logiciel d’agrandissement contient souvent un module de lecture d’écran. Les personnes aveugles peuvent ainsi utiliser un grand nombre d’applications et surfer sur internet. Le logiciel de lecture d’écran transmet les informations apparaissant à l’écran au moyen d’un système de synthèse vocale ou d’une ligne braille. Bon nombre de systèmes d’exploitation disposent déjà d’un telle solution logicielle.

 

Existe-t-il des aides à la navigation pour les personnes aveugles et malvoyantes?

Oui. Des aides à la navigation satellitaires sont proposées sur des appareils spécifiques ainsi que sur la plupart des modèles de smartphones. Contrairement aux aides à la navigation habituelles, des extensions spécifiques permettent de définir librement un itinéraire.

 

Les personnes aveugles et malvoyantes peuvent-elles se servir d’un smartphone?

Oui. Grâce aux paramètres d’accessibilité dont ils disposent, les smartphones sont de plus en plus faciles à utiliser pour les personnes aveugles et malvoyantes.

 

Qu’est-ce qu’une ligne braille?

La ligne braille est un dispositif informatique dont se servent les personnes aveugles. Elle convertit les signes en écriture braille. En règle générale, le logiciel de lecture d’écran envoie le texte affiché à l’écran à la ligne braille qui convertit les caractères en braille. Les blocs-notes portatifs avec clavier en braille et ligne braille intégrée sont très pratiques en déplacement. Il est possible de les utiliser non seulement comme blocs-notes autonomes mais également de les brancher à un ordinateur ou à un smartphone.

 

Qu’est-ce qu’un appareil de lecture d’écran?

Un appareil fixe ou mobile de lecture d’écran peut être connecté à un téléviseur ou à un ordinateur afin d’agrandir en temps réel ou de prendre en photo tout ce qu’une personne en situation de handicap visuel ne peut pas percevoir au quotidien (journaux, livres, photos, textes sur un emballage, etc.).

 

Qu’est-ce qu’un appareil de lecture?

Un appareil de lecture fixe ou mobile permet à une personne aveugle ou malvoyante de numériser, modifier, archiver ou obtenir une lecture vocale de textes divers. Des appareils photos sont de plus en plus utilisés à la place des scanners.

Partager: