Le handicap visuel fait de chaque jour un défi.

 

 

 

 

 

 

Encore trop de barrières se dressent dans la vie quotidienne des personnes aveugles et malvoyantes. Bien souvent, ce sont par l'ignorance des personnes valides et parfois par la méconnaissance de solutions existantes par les personnes concernées.

La Fédération suisse des aveugles et malvoyants FSA souhaite remédier à cette situation par une campagne de sensibilisation aussi bien à destination du grand public que des personnes handicapées de la vue et leurs proches.

À la campagne de sensibilisation

Le handicap visuel au quotidien

  • Lorsqu'il manque dans l'ascenseur des indicateurs tactiles ou des annonces sonores, les personnes aveugles et malvoyantes manquent également leur étage.

    La première image montre la main d'une personne sur le panneau de commande d'un ascenseur qui est dépourvu de mention en braille.
  • Les automates à billets modernes avec écran tactile ont remplacé le service personnalisé au guichet. Si l'appareil ne dispose pas d'une fonction de lecture d'écran, les personnes handicapées de la vue ne peuvent pas l'utiliser.

    La deuxième image montre une femme avec une canne blanche, la main sur un automate à billet des CFF. A l'arrière-plan figure une porte menant à une agence de voyage des CFF. Il fait assez sombre et seule l'agence est bien illuminée.
  • Même si les Smartphones sont une grande opportunité pour améliorer la vie des personnes aveugles et malvoyantes, encore faut-il qu'ils soient adaptés, par exemple avec une synthèse vocale.

    La troisième image montre une femme blonde avec des verres de lunettes épais qui tient un Smartphone très près de son visage. Visiblement elle ne peut lire ce qui est affiché qu'avec difficulté.
  • Le menu du restaurant, comme tout ce qui est écrit, reste muet pour les personnes aveugles et malvoyantes. Le repas pourra être commandé seulement après sa lecture.

    La quatrième image montre deux hommes attablés dans un restaurant. La personne au premier plan a les yeux fermés et est visiblement malvoyante ou aveugle. Son accompagnant à l'arrière-plan tient et lit la carte des menus.
  • Le numéro du tram est bien visible sur le devant et les côtés du tram. Les personnes handicapées de la vue n'ont souvent pas accès à ces informations visuelles et doivent recourir à d'autres canaux d'information.

    Sur la partie gauche de la cinquième image, on voit un homme handicapé de la vue avec son chien à l'arrêt de tram Hirschengraben à Berne. Sur la partie droite de la photo figure un tram dont le conducteur parle avec cet homme.
  • Les machines à café modernes produisent des préparations diverses et exclusives. Le choix de la boisson souhaitée via un écran tactile est pratiquement impossible pour une personne handicapée de la vue.

    La sixième image montre une main qui est posée sur la commande d'une grosse machine à café dans un restaurant d'entreprise

La vidéo de 15 secondes ci-dessous montre tout d'abord une surface blanche floue. Un objet orange, rond, également flou, roule dans l'image de droite à gauche et s'arrête au milieu. Ce mouvement est accompagné d'un léger bruit de roulement. La question "Une orange ?" apparaît pendant 2 secondes en écriture bleue. Alors l'image devient nette et l'on s'aperçoit que l'objet est en fait un kaki. Cela aurait aussi bien pu être une orange. Une voix féminine dit: "Le handicap visuel fait de chaque jour un défi ". Elle ajoute: "La Fédération suisse des aveugles et malvoyants FSA est là" et, sur fond blanc, une loupe venant depuis le bas met en évidence le logo FSA. Le nom du site FSA www.sbv-fsa.ch vient ensuite s'inscrire en écriture bleue.

Comment la FSA aide

Avec une offre de prestations spécialisées, des soutiens et des conseils professionnels ainsi qu'une défense des intérêts engagée, la FSA apporte une contribution importante pour l'intégration des personnes aveugles et malvoyantes dans la vie politique, économique, sociale et culturelle.
16 sections vivent dans toute la Suisse l'entraide entre personnes concernées. Les centres de consultations de Bâle, Berne, Bienne, Coire, Delémont, Fribourg, Lausanne, Lucerne, Sion, Tenero et Zurich aident à faire face à un handicap visuel. Des offres de formation pour adultes encouragent à développer ses propres forces et augmentent les compétences, notamment dans l'utilisation des technologies modernes de l'information. Des centres de formation et de rencontre à Berne, Dietikon/Zurich, Horw/Lucerne, Lausanne et Saint-Gall ainsi que des groupes créatifs dans toute la Suisse offrent toutes les possibilités pour laisser libre cours à la créativité, même avec un handicap visuel. Les offres de loisirs permettent un échange et un partage d'expériences entre personnes concernées.

Aux services de consultation




C'est en communiquant sur les conséquences du handicap que la campagne de sensibilisation veut d'une part attirer l'attention du grand public en le mettant lui-même en situation; d'autre part attirer l'attention des personnes concernées afin qu'elles se reconnaissent dans la problématique, donc aussi dans une recherche de solution.

La campagne met donc en scène des objets de tous les jours qui s'avèrent difficiles à reconnaître pour les personnes atteintes d'un handicap de la vue. Mais même les personnes valides au contact de cette communication éprouveront une irritation momentanée. Car en comprenant plus concrètement les conséquences du handicap visuel dans la vie pratique par le biais d'exemples qu'il pourrait vivre lui-même, le grand public et les proches prennent plus facilement conscience des barrières qui se dressent quotidiennement devant les personnes aveugles et malvoyantes.

Les personnes aveugles et malvoyantes ne bénéficiant pas de conseils spécialisés et de moyens auxiliaires ont plus de difficultés à rester intégrées dans la société. En prenant conscience de leur handicap (par exemple, pour celles qui pensent qu'elles n'ont qu'un problème de vue), en étant informées qu'il existe des aides et par conséquent en les sollicitant, elles améliorent leur autonomie et par-là même leur propre intégration.

Informations aux médias

Contact

Kannarath Meystre,
Secrétaire général FSA,
Tel. 079 212 35 37

Alfred Rikli,
Responsable du département Défense des intérêts FSA,
Tel. 077 457 50 79











Des affiches A2, A3, F4 ou des cartes d'accompagnement A6 peuvent être commandées par courriel à
marketing@sbv-fsa.ch ou directement ici.